Et bien voilà, ça y est. C'est fait. La rentrée est passée et déjà une semaine de cours s'est écoulée... enfin... "de cours"... façon de parler. Disons qu'avec mes deux classes "normales" (mes petits secondes et mes grands premières) les choses se sont passées normalement (tiens donc !) et que les cours ont effectivement débuté dès lundi avec autant d'efficacité qu'une première semaine de septembre le permet.

Le hic, c'est ma classe d'élèves de troisième professionnelle ; classe faite pour accueillir des élèves en très grande difficulté scolaire pour de multiples raisons : entourage familial difficile, santé physique ou mentale déficiente, décrochage scolaire, troubles cognitifs graves.... bref, un type de public très particulier qu'il me tardait de rencontrer car j'avais très envie de me confronter à la grande détresse scolaire.

Le hic, donc, c'est que deux de ces élèves (peut-être même trois selon certains de mes collègues partageant la même classe) ont un comportement non seulement inadmissible mais, pour l'instant du moins, difficile à contrôler et à mater. Ils entraînent, par leurs caractères forts et affirmés, quelques autres élèves de la classe et le reste, perdu au milieu de ce marasme, ne sait que dire.

Ces quelques élèves très difficiles ont même réussi à me faire douter de mes compétences. J'en suis venue à me demander si ce n'était pas tout simplement ma tronche qui ne leur revenait pas ; auquel cas il aurait été bien difficile d'y faire quelque chose : ma tronche me suit partout ! Et puis en discutant avec les autres profs, je me suis rendue compte que toutes les tronches de tous les profs ne leur convenaient pas. Cela m'a rassurée, mais cela signifie aussi qu'il va falloir combattre ces malotrus ensemble ! Heureusement, mon établissement a l'air de parfaitement fonctionner dans le travail d'équipe. Ouf !

La suite, donc, au prochain numéro, quand certaines choses se seront mises en place avec les élèves (demain j'écris avec eux une "charte de bon comportement") et avec les collègues.


prof_math



Acras de morue

DSC_0005


Pour une cinquantaine d'acras :

- 150 g de morue séchéeDSC_0007

- 250 g de farine

- un sachet de levure chimique

- 2 blancs d'œufs

- un verre d'eau chaude

- thym, persil

- 4 gousses d'ail épluchées

- 2 échalotes

- 2 petits piments

- 2 cuillères à café de jus de citron

- huile neutre


Acrage :

Faire bouillir la morue deux fois : en changeant d'eau entre les deux fois pour bien la dé-saler.

Mixer l'ail, les échalotes, le persil, le thym, les deux piments.

Dans un saladier, émietter la morue.

Mélanger avec les condiments mixés. Ajouter le jus de citron et mélanger.

Dans un bol, mélanger la farine et la levure. Les ajouter à la préparation précédente.

Verser de l'eau chaude jusqu'à obtention d'une pâte visqueuse mais pas liquide.

Monter les blancs en neige et les ajouter à la préparation.


DSC_0009



Pour la cuisson, deux solutions :

- avec friteuse : faire frire les acras en versant des cuillères à café de la préparation dans l'huile bouillante

- sans friteuse : faire chauffer un fond d'huile dans une sauteuse (5 mm d'huile) et y verser des cuillères à café de la préparation.


DSC_0011



Sans friteuse le résultat est tout simplement un tout petit peu plus plat qu'avec. Mais tout aussi délicieux !


DSC_0010



"Avec des si, on scierait."

Boris Vian